Bienveillance Educative en Finistère

Archives de Catégorie: Professionnels

Le Conquet – 12 Avril
  • Marilyne Abéguilé a lancé la formation des élèves qui se sont portés volontaires pour devenir médiateur au sein du collège et mener des missions de conciliation lors de conflits entre les élèves.
    Marilyne Abéguilé a lancé la formation des élèves qui se sont portés volontaires pour devenir médiateur au sein du collège et mener des missions de conciliation lors de conflits entre les élèves. 

Un projet concernant la notion de « mieux vivre ensemble » est inscrit dans le projet d’établissement du collège Dom Michel.

Depuis quelques années, le corps enseignant s’attache à faire vivre cette volonté d’améliorer la vie en communauté. « Il s’est donné pour objectif la formation de futurs citoyens pacifiques et responsables, des compétences qui figurent dans le socle commun d’une société »,explique Pascal Dechosal, directeur de l’établissement.

Pour ce faire, les élèves de 5e du collège ont été amenés à monter un projet pour dénoncer la violence et le harcèlement au collège sous toutes ses formes. Après avoir pris conscience des violences ordinaires en milieu scolaire, ils ont réfléchi collectivement sur des projets. Ainsi, des vidéos, des expositions, des articles sur le site du collège relatant violence et harcèlement vont prochainement voir le jour. « Les thèmes retenus dépassent même les murs du collège »,explique le directeur.

Quatorze élèves de 5e ont même émis la volonté de se former à la médiation, et suivent désormais un cursus de formation de dix heures assuré par Maryline Abéguilé, professeur-documentaliste et formatrice en communication bienveillante et gestion de conflits. « Il s’agira pour eux de devenir, par deux ou trois, l’intermédiaire entre deux élèves en conflit pour aider à trouver des solutions de conciliation », continue Pascal Dechosal.

Publicités

La médiation entre pairs est mise en place dans les établissements qui souhaitent créer un climat relationnel serein et bienveillant tout en impliquant les élèves dans le processus. Il permet à des volontaires de devenirs les médiateurs des conflits de leurs camarades dans la classe, sur la cour, lors d’un voyage scolaire … La mise en place d’un tel programme prévient dans l’établissement des violences, harcèlements, incivilités … Chez l’élève on construit alors des compétences inter et intra personnelles qui lui serviront toute sa vie.

Présentation :

Formation des élèves volontaires d’un établissement scolaire : délégués, élèves médiateurs …

Il s’agit pour les élèves volontaires d’acquérir des compétences personnelles et relationnelles pacifiques : confiance en soi, connaissance de soi et des autres, gestion des émotions, écoute, respect, perception, processus de résolution des conflits.

Objectifs :

–         Promouvoir le dialogue pour la résolution des conflits

–         Travailler sur soi pour admettre que l’autre peut avoir un point de vue différent et avoir également raison.

–         Développer les qualités d’écoute, identifier les émotions et mettre en mots ses émotions

–         S’exprimer sans agressivité

–         Permettre à chacun de trouver sa place et d’être reconnu

–         Générer une dynamique nouvelle en favorisant la coopération et le respect

 

Contenu et modalités :

–         Jeux de rôles

–         Cercle de parole

–         Activités de coopération

–         Jeux d’écoute

Plus de renseignements et devis sur demande.


Pour les professionnels de l’enfance (école, collège, lycée, crèches, accueil de loisirs, halte garderie)

Une offre sur mesure en fonction des besoins de chaque structure :

  • Accompagner les enfants avec bienveillance : des outils pour mieux communiquer.
  • Pratiquer l’écoute active, l’empathie.
  • Faire face aux conflits, la médiation.
  • Remplacer la punition : autodiscipline et réparation.
  • Mettre en place des programmes pour le vivre ensemble.
  • Entraîner la coopération.
  • Prévenir la violence.

Pour des institutions, des structures d’accueil, des entreprises, des associations ou groupes de particuliers :

  • Conférences, échanges, projection-débat.
  • Formation d’équipes
  • Formation individuelle, prise en charge DIF
  • Interventions et suivi  auprès de groupes d’enfants ou d’adolescents

N’hésitez pas à me contacter pour toute demande de formation. Je peux vous proposer un rendez-vous pour définir ensemble les besoins et bâtir avec vous la formation qu’il vous faut.


Les professionnels peuvent bénéficier des formations dispensées par l’Atelier de l’Aristoloche au titre du DIF.

Le droit individuel à la formation (DIF) a pour objectif de permettre à tout salarié de se constituer un crédit d’heures de formation de 20 heures par an, cumulable sur six ans dans la limite de 120 heures. L’initiative d’utiliser les droits à formation ainsi acquis appartient au salarié, mais la mise en oeuvre du DIF requiert l’accord de l’employeur sur le choix de l’action de formation. La formation a lieu hors du temps de travail sauf disposition conventionnelle contraire ; elle est prise en charge par l’employeur selon des modalités particulières.

Qui peut bénéficier du DIF ?

  • Les salariés en contrat de travail à durée indéterminée ayant au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise. Ce droit leur est ouvert qu’ils soient employés à temps complet ou à temps partiel. Dans ce dernier cas toutefois, la durée des droits acquis au titre du DIF est calculée au prorata de leur durée de travail.
  • Les salariés en contrat à durée déterminée

Comment le DIF est-il mis en oeuvre ?

La mise en oeuvre du DIF relève de l’initiative du salarié, en accord avec son employeur.

  • La demande du salarié
    La demande s’effectue par écrit en indiquant les informations nécessaires à l’employeur pour qu’il se prononce sur cette demande (formation envisagée, durée…) Le salarié doit s’y prendre suffisamment à l’avance sachant que l’employeur dispose d’un délai d’un mois pour répondre.
  • La réponse de l’employeur
    L’employeur doit donner son accord sur le choix de l’action de formation. Il dispose d’un délai d’un mois pour répondre au salarié qui a sollicité son accord pour exercer son droit au titre du DIF. L’absence de réponse dans ce délai vaut acceptation du choix de l’action de formation proposée par le salarié.

Qui prend en charge les frais de formation ?

Les frais de formation, ainsi que l’allocation de formation, sont à la charge de l’employeur, ce dernier pouvant les imputer sur sa participation au développement de la formation continue.


Sur le thème du vivre ensemble, plusieurs axes de travail adaptables au type d’établissement, à son environnement et aux besoins des équipes pédagogiques.

1 – Comment écouter l’élève ? Les freins aux apprentissages et à la paix …

Impact émotionnel de la communication entre adultes et adolescents, rapport avec l’autorité, utilisation de l’empathie ?

2- Vers un langage positif pour encourager l’estime de soi.

3 – Susciter la coopération

Sortir de la lutte de pouvoir avec l’élève, mise en place de contrat de respect mutuel dans les classes.

4 – Punir ou éduquer à l’auto-discipline ? De la punition à la sanction éducative

5 – La résolution de conflits en 6 étapes

Travaux de groupe sur des situations vécues au collège.

6 – Libérer les élèves de leurs étiquettes ou images négatives

L’effet Rosenthal ou Pygmalion.

7 – la problématique du bouc émissaire

Réflexion sur la problèmatique du bouc émissaire, du sentiment de peur et de rejet de l’autre.

8 – Le Harcélement : les caractères soumission/rebellion

9 – comment encourager les élèves ? Du bon usage des compliments

10 – Mise en place d’une éducation au « Vivre ensemble » dans les classes

Proposition de séances pédagogiques avec les élèves sur ce thème.

 

Travail de l’équipe pédagogique sur plusieurs de ces axes au choix, théorie, exercices pratique, mise en situation à partir de situations vécues … Plannification d’actions concrètes dans l’établissement sur ces thèmes.