Archives de Catégorie: Education

La coopération naît d’un climat.

cooperation-001

 

La coopération n’est pas un outil ou un instrument. C’est une graine qui est en chaque être humain et qui a besoin de certaines conditions pour naître et s’épanouir.

Nous ne pouvons pas « faire coopérer » quelqu’un.

 Nous pouvons créer un climat propice à la coopération en utilisant un langage bienveillant qui respecte l’intégrité de chacun.

Nous pouvons aller à la rencontre de l’autre et faire naître la confiance du respect et de l’amour.

Nous pouvons créer un cadre de vie où l’autonomie, la responsabilité se développe dans la confiance et le respect de l’intégrité.

Nous pouvons fixer nos limites en en assumant la responsabilité, l’inconstance.

Nous pouvons aller à la rencontre de nous-même en exprimant nos émotions et en lâchant prise.

Nous pouvons aller à la rencontre de nous-même en exprimant nos émotions et en lâchant prise.

Et nous pouvons être reconnaissant de la puissance qu’ont nos enfants à coopérer en allant pointer du doigt les points les plus sensibles, et nous amènent à chaque fois un peu plus vers une plus grande authenticité !!

Outils qui participent à créer un climat de coopération (liste non exhaustive)

Coopération 01


16H50, sortie de cours au collège …

Les élèves ont 10 minutes pour souffler, courir, goûter avant l’étude.

De loin, j’observe …

Deux grands de 3ème demandent à une petite de 6ème de partager son goûter avec eux. Manifestement, ils ont faim. Il est vrai qu’à leur âge, ils ingurgitent des quantités phénoménales ! Peut-être ont-ils oublié leur goûter ? Peut-être qu’on n’a pas pensé à leur en donner un ? Peut-être qu’il n’y avait rien de pratique à apporter de la maison ?

Bref, la petite hésite (elle n’a qu’une petite barre chocolaté et elle aussi elle a très faim …) puis finalement, donne un bout à l’un d’eux. Du coup 3 autres garçons se lèvent du banc pour entourer la plus jeune en tendant la main.

Je ne suis pas la seule à avoir remarqué le trafic du fond de la cour de récréation. La surveillante s’approche et met fin au manège. Elle protège la petite de ses racketteurs.

Alors, partage ou racket ?

Le racket dans une cours de collège n’a pas le même visage qu’à la télé. Les garçons sont plutôt des types sympas, ils rigolent, ils ne menacent pas … Mais ça peut devenir du racket si c’est instauré comme une habitude, si l’enfant se sent menacé, si la victime ne peut pas dire NON.

SEulement, peut-elle dire NON, qu’a-t-elle appris quand elle était plus jeune : qu’il faut savoir partager, qu’il faut donner, qu’il faut prêter ses jouets à son frère, à sa soeur et ce dès 12-18 mois ! On voit régulièrement forcer des enfants à partager ! Un enfant ne peut pas comprendre réellement cette injonction du partage avant 4 ans … Avant, il est dans la possession, mais pas de la même manière que nous l’entendons en tant qu’adulte. Il n’acquiert donc pas cette notion de partage, de faire plaisir à l’autre, de collaborer de façon naturel mais bien par soumission au désir de l’adulte, pour être un « Bon », pas un »Méchant ».

Mais en grandissant, l’enfant qui voudra être le « bon » copain, le gentil qui ne sait pas refuser, qui voudra toujours faire plaisir à l’autre, ne saura pas non plus dire NON quand il faut. Il sera plus vulnérable au racket.

 

Alors, ils ont le temps d’apprendre à partager, n’en faisons pas une injonction mais montrons leur donc l’exemple ! Nous voir heureux de partager, de rendre service lui suffira pour comprendre les bienfaits du partage !